Le Cirque au soleil la fiesta brésilienne

15 oct 2005 00:00

«C?était hyper important. Maurice est une destination qui mérite d?avoir un tel spectacle et on était content de revenir, tout seul et de rendre les représentations plus accessibles. Le prix a baissé et on est mieux placé par rapport au transport», explique Ronny Gan, le Monsieur Loyal du Mordon Circus, qui fête cette année ses 20 ans de carrière dans le monde du cirque A partir d?aujourd?hui et jusqu?au 11 décembre pour un spectacle tout nouveau tout chaud, Il Circo Do Brazil. Une grande fiesta brésilienne, de deux heures de spectacle, dans le cadre de l?année du Brésil. Un orchestre de six musiciens accompagnera les artistes de la piste tout au long du spectacle. Ils proposeront aussi avant la représentation un petit concert. Les six musiciens sont brésiliens et travaillent avec le Mordon Circus depuis le début de la tournée du spectacle brésilien. Au programme de ce spectacle, des clowns, des trapézistes, cadre aérien, lionnes et reptiles, fil de fer, trapèze fixe, corde lisse et jonglerie, avec le champion du monde de jonglerie acrobatique. 20 artistes au total évolueront sur la piste et raconteront une grande histoire, intitulée d?un rêve à l?autre. « C?est l?histoire du petit Pierrot qui un jour, se réveille au beau milieu d?une piste de cirque », présente Ronny Gan. Parmi les nouveaux artistes, Harris, clown musicien qui maîtrise une quarantaine d?instruments, batterie, saxophone, trompette, clarinette, flûte, scie musicale. Mon père était déjà un clown musical, assez réputé au Portugal. Harris lui, s?est d?abord lancé dans une carrière de footballeur et a joué cinq ans professionnellement au FC Porto. C?est une blessure le fait arrêté le sport de haut niveau et le ramène vers le cirque. Il a rejoint le Cirque Mordon depuis peu mais se réjouit de cette première tournée. Les trapézistes, sont les Flying Neves. Ces cinq trapézistes originaires de Sao Paulo, ouvriront le show et exécuteront des doubles et triples sauts périlleux et double passage. Jeanne et la jeune Mayara, voltigeuse âgée de 12 ans, font partie de cette troupe familiale. Rien n?est jamais acquis « Le trapèze volant est une spécialité familiale. Nous sommes frères, s?urs et cousins. Nous sommes tous nés dans le crique. C?est un arrière-grand-père qui avait commencé, au Brésil. Aujourd?hui, nous sommes la sixième génération d?artistes de cirque,» explique Jeanne. Elle explique, parlant de son numéro, que beaucoup de gens qui regardent s?imaginent qu?il doit être facile de faire du travail. «C?est vraiment dur, les triples sauts, doubles passages, grand écart. On travaille longtemps », poursuit Mayara, débutante mais assurée et ambitieuse. Le trapèze demande énormément de travail, tout le temps. C?est un art du cirque où rien n?est jamais acquis. Jeanne le sait très bien. Elle est tombée l?an dernier. Dix mètres de chute pour une clavicule cassée et une année d?immobilisation. La rééducation finie elle n?avait qu?une seule idée en tête, voltiger à nouveau. Surprise, Reinaldo Navas, champion du monde de jonglerie acrobatique, clown d?argent à Monaco entre autres nombreux prix. C?est un vrai showman, qui jongle avec des massues des cerceaux, des balles de ping-pong et des chapeaux. Il fera chaud sous le grand chapiteau pouvant accueillir 2000 personnes et tout autant de frissons et d?émotion.

Voir plus...