Opinions

La naine blanche

Les amateurs d’astronomie reconnaîtront le terme qui désigne une étoile – un soleil – en fin de vie. Politis, le sondage élaboré conjointement par DCDM Research et l’express dimanche semble en effet désigner clairement la naine blanche de la minuscule galaxie politique locale (voir pages 10 à 17). Elle s’appelle MSM.

 

Les conclusions du sondage politique, effectué sur une période longue (le premier trimestre 2013) et sur un échantillon conséquent (1800 personnes), sont implacables pour la formation politique de Pravind Jugnauth. Un chiffre résume à lui seul la désaffection dont est victime son parti : seuls 2% des Mauriciens interrogés disent soutenir le MSM. Soit un indice de proximité partisane identique à celui du PMSD dont sir Anerood Jugnauth (SAJ) disait, dans le temps, qu’il constituait les « cinq sous » servant à arrondir sa roupie électorale.

 

SAJ paraît désormais bien loin du compte. En démissionnant fin mars 2012 de la présidence de la République et en prenant le leadership du Remake de 2000, le leader historique du MSM s’était posé – avec la bénédiction de Paul Bérenger – en seul challenger légitime de Navin Ramgoolam. Toutefois, si les dirigeants de l’alliance MSM-MMM estiment que SAJ est de facto l’alter ego de Ramgoolam, les Mauriciens interrogés dans le cadre de Politis pensent le contraire. En effet, l’ancien président n’arrive qu’à la 5e place du palmarès des « Premier ministrables » du sondage. Cumulant une douzaine de points de retard sur le tandem Ramgoolam/Bérenger et devancé nettement par le travailliste Arvin Boolell et Xavier Duval.

 

La dyarchie MSM semble ainsi ne bénéficier ni d’un bonus d’ancienneté et d’expérience pour SAJ, ni d’une prime à la jeunesse. Car Pravind Jugnauth, le benjamin des « Premier ministrables », ferme le classement. Seules 25% des personnes interrogées le jugent apte à assumer la fonction de chef du gouvernement. Pourtant, sur papier, et depuis des mois, le MSM aurait dû profiter de la conjoncture favorable pour se requinquer dans l’opinion publique.

 

Avant même l’éclatement de l’affaire Nandanee Soornack, sir Anerood Jugnauth avait déjà sorti l’artillerie lourde pour dénoncer la relation spéciale liant le Premier ministre et la femme d’affaires. L’attitude de franc-tireur de SAJ semblait même assez appréciée par le grand public. Pendant ce temps, les interrogatoires marathon et les menaces d’arrestation de Pravind Jugnauth aidant, ce dernier avait presque réussi à se forger une nouvelle image. Grandement soutenu – du moins médiatiquement – dans sa démarche par Paul Bérenger. La cote de popularité du MSM, pouvaiton croire, aurait été proportionnelle à la vitesse à laquelle l’alliance MSM/MMM donne l’impression de se consolider. Mais les mauriciens ne l’entendent pas ainsi. En face, Navin Ramgoolam voit donc doucement se former un vide sidéral. Ce qui doit considérablement le soulager.

 

Car le Premier ministre aura beau fanfaronner, quelque part en lui sommeille la peur – voire le traumatisme – d’un remake de sa défaite surprise de septembre 2000. Quand une alliance MSM/MMM conclue à la dernière minute avait anéanti ses plans sur la comète d’une réélection. C’est ce qui a, par la suite, conduit Ramgoolam à jouer de manière compulsive la sécurité à travers une alliance bleu-blanc-rouge pour gagner les élections de mai 2010. C’est ce qui l’a amené également à envisager une entente avec le MMM pour s’assurer d’une victoire certaine à la prochaine échéance électorale.

 

Ramgoolam se retrouve donc plus ou moins dans la même configuration qu’en 2008. L’opposition est considérablement affaiblie par l’absence de Bérenger et le manque d’apport électoral du MSM. Cela va-t-il amener le leader des travaillistes à tenter de vaincre seul la guigne de 2000 ? Il en contemple peut-être l’idée en ce moment même... Ce que les citoyens doivent par contre contempler avec une certaine inquiétude, c’est l’écrasante domination qu’exerce désormais le chef du gouvernement sur la galaxie politique locale. Le penchant de Ramgoolam pour une certaine forme d’absolutisme est connu. Qui se manifeste dans son désormais célèbre « I dont give a shit » de ce que pensent les citoyens, l’opposition…et bien évidemment la presse.

 

Ce que la première édition de Politis démontre, c’est que quelque part, Ramgoolam entre dans une phase de règne caractérisée par l’absence de contrepouvoir. En astronomie, un phénomène décrit ce type d’aberration : c’est le trou noir. Celui-ci exerce une telle force gravitationnelle qu’il fi nit par aspirer des soleils voire des galaxies entières. C’est donc désormais la question à se poser : assiste-t-on à la naissance d’un trou noir au beau milieu de notre petite galaxie politique ? Ce qui doit nous conduire à la question suivante : qui ou quelle nouvelle formation sera en mesure de mettre à mal l’hégémonie annoncée de Ramgoolam ?

Commentaires

ad black | 04/28/13

Vous avez probablement une fausse echantillon de la population...sinon comment expliquer que dans chaque coin de rue, dans les bureaux, les taxis, les passagers, les commercants, les salons de coiffures, etc etc tout le monde est mecontent de NR, du PTr (n'en parlons pas du PMSD, Guimbeau etc). La Monsieur Rabin, l'Epress fait fausse route..le temps le dira..En passant, ou est passéM JCRdl'E? Salut!

J'espere qu'on publiera ce commentaire.

Sylvain MAURICIEN | 04/28/13

LA POLITIQUE a ILE MAURICE ne reflete que Le Communaliste que RAMGOOLAM Pere organisa apres avoir approprie' Le Parti Travailiste De Guy Rosemond...et NOU mAURICIENS PAS FINE CONNE L'AUTRE QUITE CHOSE... et nou encore tit L'esprit et JUGNAUGHT Pere capave toujours couonne nou et RAMGOOLAM decoute BOLLYHODD CAPAVE ACHETER nOU '' ...Avant même l’éclatement de l’affaire Nandanee Soornack, sir Anerood Jugnauth avait déjà sorti l’artillerie lourde pour dénoncer la relation spéciale liant le Premier ministre et la femme d’affaires.''.....'sur un échantillon conséquent (1800 personnes), sont implacables pour la formation politique de Pravind Jugnauth. Un chiffre résume à lui seul la désaffection dont est victime son parti : seuls 2% des Mauriciens interrogés disent soutenir le MSM'

semi-intellectuel | 04/29/13

Les résultats de ce sondage révèlent l’éternel paradoxe de la situation politique locale. Les mauriciens placent presque sur un pied d’égalité le Premier ministre et le leader du MMM en termes de popularité et de qualités requises pour assumer le poste suprême, mais lors des élections générales qui opposent ces deux protagonistes dans une confrontation directe, comme celles de 2005 et de 2010, ils préfèrent Ramgoolam à Bérenger. Entre deux élections, les mauriciens reconnaissent les qualités de Bérenger, mais au moment de faire le choix décisif ils ne peuvent mettre de côté leur instinct communal. En conséquence, Ramgoolam triomphe toujours « by default ». La question se pose donc de savoir si l’échantillon de ce sondage est vraiment représentatif de la population ou si les personnes sondées disent la vérité aux sondeurs. Quand les sondés sont-ils honnêtes : lorsqu’ils répondent aux questions des sondeurs ou lorsqu’ils expriment leur choix lors du scrutin ? Si, malgré tous les scandales qui éclaboussent son gouvernement, Ramgoolam continue à jouir d’une popularité stable, alors rien n’a changé dans l’opinion que le public se fait de lui depuis 2010. Cela implique que, le facteur ethnique aidant, Ramgoolam aura toujours une avance sur Bérenger.

jacky | 04/30/13

Absolutely right desr blogger, ethnicity is the key element factor. That's why we have a Rama Valayden asserting "PRB li bizin cantonne li dans so role leader l'opposition", furthermore many of our countrymen feel PRB's worth this role.

You know what, this rhetoric doesn't hold water at all. They all praise PRB's intrisinc qualities but vote for craps, there's some most serious mental condition in this country in the end. I'll tag Mauritians, exceptions apply of course, to be INTELLECTUALLY DISHONEST.

Sanjay-PEEROO | 04/29/13

Les instituts de sondages dans les pays vraiment démocratiques sont quasiment fiables. Or chez nous personne c'est-a-dire ni les sondeurs, ni les journalistes oseraient de rendre public un sondage qui est défavorable au gouvernement en place, pour diverses raisons. Et surtout la PEUR.

zap | 04/29/13

Le meilleur sondage qu'on puisse obtenir se trouve dans les résultats d'une élection.

Private eye | 04/29/13

Its quite likely you won't publish my comments, but I will nevertheless express my opinion. First I think it's a good initiative to have a poll of the political situation, but it seems that your pollsters must have interviewed Martians (inhabitants of the planet Mars) who have no clue what's going on earth; what with all the scandals, the killer floods, the big contracts without competitive tenders, the corruption cases, the chronic ministerial incompetence, et j'en passe. Having said that, one can't deny the age of Jugnauth Senior as a potential disadvantage and the unlikeability of Jugnauth Junior, but seriously if with all these recent events over the last 3 months, Ramgoolam is still leading, one has to question either the methodology/sampling of the poll or the common sense of the persons (or Martians) interviewed...

smilestone | 04/29/13

Navin n'est pas populaire. Il manque d'adversaire credible. Les gens ne veulent pas du MSM alors que Paul veut absolument imposer ce meme MSM au peuple. L'electorat est frustre et ne laissera pas tomber Navin pour SAJ.

Rabin | 04/29/13

Vu le torrent de commentaires et parfois d’insinuations malveillantes émis contre l’express dimanche depuis la sortie du numéro d’aujourd’hui. Voici quelques commentaires généraux…

1. Nous avons toujours répété que l’express dimanche ne « roule » pour personne. Le sondage POLITIS a été élaboré en étroite collaboration avec DCDM Research avec des méthodes rigoureuses DEPUIS DÉCEMBRE 2012. Nous n’avons donc aucune raison de douter de la fiabilité des résultats globaux fournis par DCDM Research. Ceux-ci sont issus des RÉPONSES DONNÉES par les 1800 personnes interrogées sur les 3 premiers mois de l’année. Si ce sondage avait été favorable à l’opposition, nous en aurions publié TOUTES les conclusions avec la même froideur et sans aucun état d’âme comme nous l’avons fait pour les résultats du premier trimestre 2013.

2. Il est évident qu’un certain nombre de personnes ont fait des commentaires SANS LIRE tout le dossier. Ces personnes auraient notamment compris que CE N’EST PAS UNE PHOTOGRAPHIE de l’opinion mais plutôt un suivi mensuel de l’évolution de la côte de popularité et d’adhésion aux partis et hommes politiques que nous proposons désormais. Une chose qui n’avait jamais encore été proposée par la presse locale. L’express dimanche est fier de proposer cette innovation à ses lecteurs et aux Mauriciens en général. Il est donc futile de vouloir critiquer l’exercice en disant qu’il n’est pas figé dans le temps. POLITIS vise à prendre la température politique en permanence. C’est la fonction de cet outil.

3. Nous avons longuement discuté avec les experts de DCDM pour l’élaboration de sondage en décembre 2012. Et nous n’avons aucun doute sur le fait que les 600 personnes interrogées sur une base mensuelle dans le cadre de POLITIS constituent un échantillon FIABLE pour une population de 1,3 million et d’environ 800 000 électeurs. Par exemple, les sondages politiques en France sont effectués à partir d’échantillons de 1000 à 2400 personnes. Pour info : la France comte CINQUANTE FOIS plus d’habitants que Maurice (65 millions !!!). Les personnes raisonnables apprécieront le comparatif.

4. La question du timing du sondage a été évoquée. Dans l’absolu, cet argument est recevable. Mais dans le même temps, d’autres ont critiqué le fait que c’est un sondage « rassis ». Le fait est que nous avons publié le sondage la semaine suivant la remise de toutes les conclusions. C’est notre méthode, il en sera de même pour le prochain POLITIS à paraître en juillet. Il sera publié, la semaine suivant la remise totale des conclusions à la rédaction de l’express dimanche. La question du timing est délicate. Par exemple pour le premier POLITIS… Aurions-nous attendu post 1er Mai pour publier la première édition de Politis, le gouvernement nous aurait accusés d’avoir refusé de donner l’état réel de l’opinion sur l’opposition pour ne pas démobiliser ses troupes lors du meeting du 1er mai. Quelqu’un, quelque part trouvera toujours à redire sur le timing. Si on les écoute tous aucun POLITIS ne sera publié.

4. Cela nous amène à notre dernier point. La publication de sondages de manière régulière est un jeu lose-lose pour une publication. Car les partisans aussi bien de l’opposition et du gouvernement ont la fâcheuse tendance de considérer qu’un bon sondage est AVANT TOUT un sondage dont les conclusions sont favorables à leur camp. A l’express dimanche, nous faisons peu de cas de l’attente des die hards. Nous publions les faits tels qu’ils émergent des réponses des 1800 personnes interrogées sur 3 mois.

5. Le prochain POLITIS DCDM Research- l’express dimanche sera donc publié à partir de la 2e quinzaine de juillet. Ses conclusions déplairont aux uns ou aux autres…sans doute. Mais cela ne nous empêchera pas de faire notre travail. Que certains trouvaient d’une impartialité exemplaire, il y a encore trois mois lors de l’affaire Soornack. Ainsi va le die hard : quand on dit du mal de son opposant, il jubile. Quand on dit du mal de son chef, il s’en va en guerre. Au risque de nous répéter, nous rappellerons à l’obnubilé politique lambda que notre boulot à l’express dimanche n’est pas de dire du mal du leader X ou du parti Y. Mais de constater, dire, analyser et le cas échéant, interpréter les faits. C’est ce que nous continuerons à faire à travers Politis.

R.B

Singfat Chu | 04/30/13

Le Lundi 29 Avril, votre collegue Nad ecit dans son editorial, " L’express du groupe La Sentinelle ne pouvait pas avoir de meilleur nom. Vitesse, s’il n’y en avait qu’un, serait le mot qui représenterait notre société. L’express ne va pas se laisser prendre de vitesse. La presse est par essence plus que pressée. Aujourd’hui, les nouvelles se font et se défont en temps réel ....." Vos lecteurs n'attendaient pas moins sur ce sondage.

L'institut de sondage Gallup et tant d'autres dans la domaine publient des sondages "overnight". Votre lectorat s'attendait sur le mood disons vers le mi-Avril mais vous leur avez servi du "rassis" Janvier - Mars.

C'etait du "rassis" parceque vos lecteurs fideles (je lis l"Express depuis 1965 - allez vous enquerir au Cafe Metro a Vacoas!) savent tous que le mois d'Avril a eté tres negatif pour le gouvernement etc. Vos lecteurs ne peuvent attendre Juillet pour confirmer ce qu'il resentent sur le mood dans le pays ces jours ci.

Pour revenir au theme "timeliness" dans l'editorial de Nad: ce sondage m'aide t'il si je devais prendre une decision basee sur le mood politique du pays en ce moment ci? C'est la question primaire que votre equipe aurait du se poser avant d'aller de l'avant avec la publication car votre lectorat n'attend que du "timely news" de votre part. Merci.

MBCTV | 04/30/13

True ,not everyone has had the opportunity to read the outcome of that poll ,in toto.However ,RB does not make mention how the poll itself was carried out.By phone,on the street,face to face or whether the respondents were asked to fill in a questionaire.Indeed no one can dispute or should disoute the findings of that particular poll.The real question though is whether it can de descrined as being reliable.Every pollster ,worth its salt ,will know that a poll carried out by telephone is at best erroneous!A total waste of time and money!RB should read the daily poll run by lexpress.mu on practically a daily basis.It would have been more constructive if L'express-Dimanche had itself carried out the poll together with DCDM,by publishing the questionaire in one of its edition,on a monthly basis.It is true to say though that MBC was more than happy to open one of its JT with the result of the poll...no prize for guessing as to why ,that was the case!

Paul Han | 04/30/13

Il n'y rien d'étrange dans la popularité de Navin Ramgoolam. C'est le résultat directe du lavage de cervaux systématique par la MBC depuis des années ... Il est le seul qu'on voit. Meme quand les autres ministres apparaissent, ils ne peuvent pas ouvrir la bouche sans faire éloge de "la vision du premier ministre". Cette situation est comparable avec ce qui prevaut dans des pays totalitaires comme la Corée du Nord...

jacky | 04/30/13

..... NCR and his think tank are on survival mode to the detriment of genuine Labourites who are all orphans at the present. By ricochet the country is paying the price of a lack of leadership for NR,s priorities and full attention are as follows:

a). Cling to power.

b). Cling to power whatever happens.

c). Cling to power by all means.

d). Cling to power at all costs.

e). Cling to power against all odds.

If the above is not true, what's true????? A poll conducted by phone?????? That's why I tag this country to be INTELLECTUALLY DISHONEST.

Starbright | 05/01/13

Nothing weird about this opinion poll and as long as Paul Berenger is just the leader of opposition and not the opposition's prime minister candidate so nothing will change.The MMM's supporters must be wondering why the hell or for what purpose Mr Berenger is intending to make a come back.It's completely incomprehensible and on which planet do you think the smallest party is adamant to claim the prime ministership?

chitchat | 05/02/13

Another colossal clanger from Starbright; The leader of the opposition is NORMALLY the leader of the largest party, which is the second largest political party in the parliament. He or she is normally viewed as an alternative Prime Minister. Starbright once said he lives next door to the PM of his adopted country, I wonder on which planet?