Culture

Song-Kou : Sur les traces des ancêtres chinois

Célébration de la fête du printemps, à la pagode Kwan Tee à Les Salines, en février.

Marcher sur les pas des ancêtres venus de l’Empire du Milieu. Et, ériger une stèle en leur mémoire. C’est dans cette optique qu’une délégation, composée en grande partie, de ressortissants d’origine chinoise des pays de la région océan Indien se rendra, le 13 octobre prochain, à Song-Kou. Cette étape symbolisera l’apothéose de l’itinéraire de mémoire baptisé Les routes de l’esclaveet de l’engagé.

 

«Ce sera un événement majeur», souligne JosephTsang Man Kin, ancienministre des Arts et de la Culture. Il est également leprésident et coordonnateurdu Comité océan Indien misen place pour l’installation decette stèle en Chine. JosephTsang Man Kin s’est aupréalable rendu, en compagnied’une délégation indianoécanique,à Meixan, dansla province de Guangdong,pour discuter de ce projetavec les autorités locales.

 

C’est en 2004 que le projet a été initié, par la chaire de l’Unesco de l’université de l’île de la Réunion, en collaboration avec l’association Historun. Le but étant de rendre hommage aux esclaves et aux travailleurs engagés qui ont quitté l’Afrique, Madagascar, l’Inde, et la Chine pour venir, dé gré ou de force, à Maurice. Pékin n’est d’ailleurs pas insensible au projet. Le site de Song-Kou pourrait, en effet, devenir l’équivalent de l’Aapravasi Ghat pour les Chinois, qui ont quitté leur terre natale, aux 17e et 18e siècles, pour regagner Hongkong, avant d’embarquer pour les pays de l’océan Indien. Il pourrait ainsi devenir un lieu de pèlerinage pour ceux qui veulent retrouver leurs racines.

 

Autre personnalité à avoir participé à la réalisation du projet : Sudel Fuma. Le directeur de la chaire de l’Unesco de l’université de la Réunion est une autorité en matière d’histoire des peuplements des pays de l’océan Indien. Alors que la partie scientifique du projet de stèle de Song- Kou a été confiée à Jocelyn Chan Low, historien et professeur associé à l’université de Maurice.

Commentaires