Flic-en-Flac: une marquise prend ses aises sur la plage

Accéder au e-paper

Une marquise a été plantée au beau milieu de la plage de Flic-en-Flac, à quelques mètres du débarcadère.

 

«La plage est envahie. Après les marchands ambulants, ce sont les marquises…» lance un conseiller de village. Les habitants de Flic-en-Flac sont montés au créneau après qu’une marquise a été érigée au beau milieu de la plage, à quelques mètres du débarcadère, pour un mariage. Le ministère des Collectivités locales annonce qu’une «enquête sera initiée».

 

Des champignons ? De la mauvaise herbe ? Non, il s’agit de tentes, qui prennent racines sur les plages, surtout en ce mois de décembre. Certaines accueillent des familles alors que d’autres font office d’antres pour fêtards, qui les transforment carrément en piste de danse le samedi soir. Cet organisateur de mariages, lui, a vu les choses en grand. Il a planté une marquise au beau milieu de la plage de Flic-en-Flac, à quelques mètres du débarcadère. Au grand dam des habitants de la localité.

 

Ces derniers expliquent que la marquise est «apparue» dans le paysage samedi matin, 14 décembre. Ils ajoutent qu’un mariage y a été célébré le soir même. «Les autorités doivent assumer leurs responsabilités avant que la situation ne dégénère entre les habitants et les organisateurs de ce type d’événement. Pratiquement tous les samedis, les enfants et les vieilles personnes perdent le sommeil à cause des fêtes qui sont organisées sur la plage», s’insurge Jerry, qui réside dans la région.

 

Du côté de la Beach Authority, le ton est catégorique.«Nous n’accordons pas de permis pour célébrer des mariages ou d’autres grands événements sur les plages publiques et encore moins pour y ériger des marquises. Nous ne tolérons pas ce type de dérive», explique unofficier. «Nous avons une politique bien établie sur la question.Ceux qui souhaitent organiser de ‘petites fêtes’ et qui en font la demande doivent respecter à la lettre certains critères bien définis. Ils doivent s’assurer, par exemple, que les structures ne constituent ni une menace pour la sécurité ni une nuisance pour le voisinage

 

Sollicité pour une réaction, le ministère des Collectivités locales déclare, pour sa part, «qu’une enquête sera initiée». Cela, afin de savoir si l’organisateur en question a obtenu un permis ou pas et si oui, dans quelles conditions. Nous avons tenté de notre côté de mettre la main sur celui-ci, en vain.

 

En attendant, sa marquise a causé bien des désagréments à ce skipper qui opère aux alentours.Il a eu toutes les peines du monde à sortir sa remorque qui était coincée, dit-il, derrière cette structure. Il a d’ailleurs fait part de son problème au président du conseil de village de Flic-en- Flac, Diplall Muneeram.

 

Ce dernier a tenu à se rendre sur place. En voyant la marquise qui trônait sur le sable, il a alerté la National Coast Guard. «Je crois comprendre que le skipper a fini par quitter le lieu sans sa remorque, après une brève discussion avec les organisateurs de cet événement. Il a voulu éviter des histoires», soutientDiplall Muneeram. Pour lui,pas question que le débarcadèrese transforme chaquesemaine en salle des fêtes.

 

Une opinion partagée par Bunny Wade, le conseiller du village. «La plage de Flic-en-Flac est déjà très fréquentée. En sus, elle est envahie par des marchands qui arrivent de différents coins du pays. Si, l’on rajoute des marquises...»

Publicité
Publicité

Ailleurs sur lexpress.mu

A voir aussi

Les plus...

  • Lus
  • Commentés